Venez fêter un an de CoRévolution et naissance de La Vie Share !

Voilà une nouvelle qui devrait ensoleiller votre quotidien alors que l’été tarde à venir : nous sommes fiers de vous annoncer la naissance de La Vie Share, petit frère de Vive de la CoRévolution !

Ce nouvel ouvrage a pour objectif d’offrir un mode d’emploi de la vie en partage: Anne-Sophie a effectué une immersion de trois mois dans l’ensemble des sites francophones de consommation collaborative afin d’explorer en profondeur l’ensemble de ces nouveaux modes de consommation.

A cette fin, plus de 400 sites internet ont été testés et plus de 200 entretiens ont été effectués avec les entrepreneurs, usagers et experts de ces modes de vie collaboratifs.

Preuve que ce livre était attendu, il est soutenu par un ensemble de partenaires: OuiShare bien sûr, mais aussi BlablaCarZilok / Ouicar, La Ruche qui dit Oui, La Poste, Bureaux à Partager et le Forum de l’économie collaborative qui aura lieu à Bordeaux les 4 et 5 juillet 2013 !

Deux rendez-vous sont prévus dans les jours à venir si vous souhaitez en savoir plus:

- Mardi 11 juin à 18H chez Mollat, au 91 rue Porte Dijeaux, une conférence animée par Isabelle Camus de My Global Bordeaux.

- Jeudi 20 juin dès 18h30 à Ici Montreuil (affiche ci-dessous et inscription sur l’événement Facebook suivant). Nous en profiterons pour fêter un an de CoRévolution, faire un point sur l’ensemble des nouvelles observations que nous avons pu faire, avec probablement un grand quizz à la clef, la présentation de programmes d’accompagnement à l’entrepreneuriat collaboratif, la prise de parole d’acteurs qui incarnent au quotidien ces nouveaux modes de vie.

Venez nombreux !

C’est la semaine de la Co-Révolution Durable !

Et oui, pour celles et ceux qui n’auraient pas encore l’habitude de cette institution toutes le premières semaines du mois d’avril, c’est la semaine du développement Durable ! Une semaine pour partager partout en France les tendances, les solutions et les actions pour rendre notre quotidien plus respectueux de la planète !
Et quel bon moment pour nous rappeler que les Co-révolutionnaires (en herbe) que nous sommes contribuent de par nos choix de consommation et nos pratiques au quotidien à la limitation de notre impact sur l’environnement (Co-Voiturage, auto-partage, AMAP, ruche qui dit oui, etc )  est aussi à la création d’une nouvelle forme d’être ensemble qui renforce notre lien social (réseau d’entraide entre particulier, troc, finances participatives, économie sociale et solidaire, etc)
Bref, grâce à cette société collaborative que nous appelons de nos voeux, la planète irait donc mieux ?
C’est ce que nous tentons de partager toute la semaine à travers plusieurs rencontres à suivre :
- Tout d’abord Stéphane et Anne-Sophie interviennent jeudi au CHU de Bordeaux pour un Co-Lab sur le partage des bonnes pratiques en terme de développement durable avec près de 100 représentants d’organismes de santé régionaux !
L’objectif : réfléchir en co-construction sur les nouvelles manières de penser le soin et les éco-gestes en milieu hospitalier dans la région Aquitaine !

- Puis Anne-Sophie a été invitée par la médiathèque de Toulouse pour présenter 
la CoRévolution en compagnie d’autres acteurs locaux de l’économie du partage !


- Stéphane animera vendredi soir à la FNAC des Ternes (Paris) une table ronde autour de la question : « la consommation collaborative est-elle un modèle plus responsable ? »
En présence de Frédéric Mazella, fondateur de Blabla Car (covoiturage.fr) de Nathan Stern (peuplade.fralter-ego.cc) et de Shabnam Anvar (recompose.it, un truc par jour), nous tenterons de répondre à cette question (on vous fera même un petit billet plus tard sur l’issue de cette rencontre)
 : les nouveaux modèles portés par la Co-révolution contribuent réellement à un développement durable ? Peut-on dire que la consommation collaborative participe concrètement à de nouvelles manières de “faire société” et de renforcer la qualité de notre responsabilité sociale ?

- Samedi soir, enfin, Stéphane participera au festival du cinéma Durable « Atmosphères » à une table ronde avec Pierre Rabhi à l’occasion de la sortie de son dernier film que nous vous invitons à aller voir ! (la Bande-annonce, c’est ici), nous parlerons de la « révolution » du retour à la Terre , mais aussi de la Co-révolution, celle qui remet du lien de coeur, de partage et de solidarité entre  les hommes, ca promet d’être un grand moment !
Projection du film à 16h00, table ronde à 17h30 (Salle Carpeaux à Courbevoie)

Sinon, un autre ouvrage à rajouter à votre bibliothèque (à côté de la Co-révolution, of course) c’est le livre phare de Pierre Rhabi, « Le chant de la terre » remis à jour récemment par Anne-Sophie :-)

Bref, en cette semaine du Développement Durable, plus que jamais on réfléchît à une société plus collaborative ET plus durable pour les générations à venir J

Let’s CO, it’s good to turn green J

La revue de web du printemps !

Oyez oyez, le printemps est là et avec lui une petite récolte d’articles indispensables à lire si vous souhaitez vous tenir au courant de quelques uns des derniers débats qui animent le petit monde de l’économie collaborative et de la société du partage.

Le phénomène continue sur sa lancée et nous sommes en plein boom, les questions se posent, les réponses fusent, diverses, variées, tout le monde est chamboulé… tous les consultants s’y mettent d’ailleurs, le CO est à la mode. Puisqu’on vous l’avait dit ;)

En attendant, commençons cette petite revue de web avec une vidéo de notre ami Michel Bauwens qui présente l’étude qu’il a écrite avec sa fondation P2P pour Orange. C’est pas tous les jours qu’on peut l’entendre en parler en français, alors profitez-en:

Du côté des analyses d’Hubert Guillaud sur Internet Actu, vous pourrez vous tenir au courant de la régulation de l’économie collaborative, un article à lire en parallèle de celui-ci, rédigé par une spécialiste du tourisme qui trouve que nous sommes là face à « une fausse bonne idée ».

Sur le blog Planète plus intelligente, un avocat revient sur la notion de concurrence déloyale qui peut être posée par certains services, et ses réponses sont fort éclairantes. Merci à lui !

Sur OuiShare, c’est un jeune entrepreneur finlandais, Juho Makkonnen, qui pose la question de savoir si, après tout, cette nouvelle économie ne serait pas qu’un truc de bobos. Et il n’a pas tort : bien souvent, ce sont de jeunes blancs tout droit sortis d’une école de commerce qui se lancent ainsi en pensant changer le monde… Mais quid des valeurs sur lesquelles repose leur démarche ? Quelle vision politique (dans le sens noble du terme) ? Quelle ambition ?

Autant de questions qui se posent entre les experts du secteur, à l’image de Neal Gorenflo, le fondateur de Shareable, qui annonce la mort de la consommation collaborative et nous incite à célébrer l’économie du partage, seule approche à même de vraiment changer le monde… Nous y venons, enfin : les valeurs, le rapport au marchand, au profit, à ce qui structure vraiment ces échanges… Alors que tous les médias s’emparent du sujet et que les lignes bougent, nous entrons maintenant dans une période de structuration. Et c’est là que les choses deviennent vraiment intéressantes :)

Surtout quand on apprend la fermeture de Whipcar, un leader de l’autopartage au Royaume Uni et que certains commencent à partager leurs conseils suite à l’échec de leur entreprise dans le secteur. Je reproduis ci-dessous, en anglais, un paragraphe de leur article. A méditer…

Here’s a sad fact: Most people do not want to share. They want convenience. They want to be elated. I challenge anyone working on a sharing economy startup to solve one real problem instead of nattering on about all the waste and underutilized resources that plague our society.

En attendant, pour parler de tout cela, rendez-vous au OuiShareFest du 2 au 4 mai au Cabaret Sauvage à Paris ! C’est THE event à ne pas manquer si vous suivez le sujet ! Et puis… en principe… nous y donnerons naissance à un petit frère de la CoRévolution, oui oui ;)

NB: nous intervenons un peu partout en avril et mai, à Nantes, Paris, Pantin, Toulouse, Bordeaux… suivez-nous en direct sur notre page Facebook et notre fil twitter @LeCoLab pour en savoir plus !

 

La CoRévolution, « c’est comme un géant qui se réveille doucement »

Je viens de découvrir cette vidéo que je m’empresse de partager avec vous: Shane Hughes est économiste, mais il se qualifie de Réconomiste pour mieux faire comprendre son travail au sein du mouvement des villes en transition et du projet Reconomy.

A sa manière, il parle aussi de la CoRévolution, de la façon dont l’économie de l’information et des réseaux transforme l’économie industrielle. Il explique en quoi le mouvement coopératif, l’économie collaborative et le mouvement des makers (ou « douers ») sont en train de dessiner une nouvelle économie.

Son explication est simple et met bien les choses en place, voyez plutôt :

De justesse: la revue de web de la bonne année 2013 !

Ne pas écrire pendant plus de deux mois sur ce blog alors que nous avons une actualité plus que chaude, vous avez le droit de nous en vouloir :) Mais on se rattrape dans les règles de l’art, remarquez: une heure avant la fin janvier, juste à temps pour vous souhaiter une belle année 2013.

D’après Havas Worldwide d’ailleurs, cette année sera « l’année du «Co» », pour une fois que-c’est-pas-nous-qu’on-le-dit :) « La vie est une coproduction et la collaboration est le concept le plus tendance au travail et chez soi. « toi+moi» constitue une sorte d’armure et de protection contre la dureté du monde« , résume l’agence. Nous n’allons pas les contredire !

Ni les médias d’ailleurs, qui inaugurent l’année avec une tonne d’articles sur le sujet: consommation collaborative, économie open source, co-création… Si bien que la CoRévolution a été citée dans Libération le jour de Noël (Libé des solutions), Le Monde Economie du 22 janvier, dans Les Echos, sur France Info, France Bleu, sur We Demain… et dans de nombreuses mentions sur le web aussi, merci donc à tous ceux qui nous aident à promouvoir le message.

Le sujet est en vogue, beaucoup s’en emparent et nous mesurons la progression des rangs de corévolutionnaires au nombre de rencontres, échanges intellectuels et débats auxquels nous participons ! En janvier nous sommes intervenus à l’Institut des Futurs Souhaitables, en février Anne-Sophie sera à Nantes pour une rencontre sur l’économie réinventée, puis Stéphane sera au salon Primevère le 10 mars, et nous aurons d’autres rencontres encore en avril, juin, juillet… mais on en garde de réserve pour entretenir le suspens !

En attendant, vous pouvez suivre notre veille ici ou . Et pour les quelques infos qu’on vous recommande en particulier il y a :

  • Fleur Pellerin, la ministre « hype » de l’Economie numérique qui veut « faire sauter » les verrous pour faciliter le crowdfunding en France.
  • Cette information qui nous vient du Canada et selon laquelle nous aurions atteint le « peak car »: les américains conduisent de moins en moins. Après le peak oil et le « peak stuff » dont nous parlons dans le livre, voilà qui est de bon augure pour l’économie collaborative !
  • Pour comprendre la notion d’innovation sociale, cet article de Nicolas Cordier est fort intéressant et prolongera sans problème les questions que nous soulevons dans le chapitre 2.
  • Le Top 100 des ONG publié sur le Global Journal, qui a de quoi bouleverser la hiérarchie à la française !
  • Un excellent résumé de la polémique actuelle autour de la consommation collaborative dans ce papier d’Hubert Guillaud sur Internet Actu;
  • Et cet article dans lequel on explique que la valeur se créé maintenant… par le service ! Pensez-y à l’avenir.

Enfin, tenez vous aux aguets : pour le printemps la corévolution donnera naissance à un nouvel ouvrage publié en partenariat avec OuiShare. Mais chut, on n’en dit pas plus:)

A très bientôt et encore tous nos meilleurs voeux de partage, de convivialité et de bonheur partagé avec vos proches ! Et n’oubliez pas, c’est une révolution du Coeur, aussi ;)

Co-Création = chaîne de valeur hybride ?

Mi-octobre au Palais Brogniart à Paris se tenait la soirée de remise de nomination des nouveaux fellows d’Ashoka. Le hors-série de l’Express coordonné par Isabelle Hennebelle et publié le 31 octobre revient d’ailleurs en détail sur le profil de chacun d’entre eux : ne le loupez pas pour en savoir plus, car je voulais surtout m’attarder dans cet article sur la notion de « chaîne de valeur hybride » développée et mise en œuvre par l’ONG qui a inauguré à cette occasion un laboratoire de co-création ONG-entreprises.

D’après Ashoka, une chaîne de valeur hybride, ça ressemble à ça :

Chaine Valeur Hybride

Et c’est Arnaud Mourot qui en parle très bien ici :

Mais entre ce concept et celui de co-construction, comment faire la différence ? Pour Olivia Verger-Lisicki, Responsable Business Inclusif à IMS-Entreprendre pour la Cité, une structure qui étudie de près ces sujets, il existe des nuances entre cette approche et celle de co-création : « une chaîne de valeur hybride est une chaîne de valeur qui associe plusieurs logiques (sociale et économique) et plusieurs acteurs. La co-création, c’est un processus d’innovation très en amont dans la conception du bien ou service. La chaîne de valeur hybride est un moyen pour la proposition de valeur (que l’on définit en co-création ou non). »

Pour définir plus en détail les deux concepts en essayant de ne pas rester dans du jargon de spécialistes, on peut différencier ainsi les deux concepts : « la co-création s’inscrit en plein dans la montée des logiques collaboratives, des alliances nouvelles pour résoudre des enjeux complexes et déployer des innovations créatrices de valeur (durable et partagée) » m’a détaillé Olivia Verger-Lisicki en revenant sur les origines de la co-création : « le concept a été popularisé par Prahalad (en dehors des ‘théories’ strictement BoP) ; l’idée est de développer des produits et services en collaboration active avec ses clients pour à la fois mieux comprendre l’expérience et les attentes des clients par rapport aux produits et services et être plus innovants, performants dans la conception de ces derniers. »

La co-création est essentielle dans les stratégies BoP/Business Inclusif : on ne peut pas innover pour les publics ignorés par le marché sans ces publics (détenteurs d’un savoir vécu souvent négligé par les « experts »). « Une démarche inclusive doit l’être de bout en bout, dans son process même. Et pas seulement en incluant l’ »utilisateur final » mais aussi en associant le maximum de compétences externes (innovation ouverte) dans les phases de conception : associations, ONG, acteurs publics, académiques, entrepreneurs sociaux, voire autres entreprises. Il s’agit de mieux comprendre, observer, identifier les besoins, les usages et d’explorer, ensemble, de façon plus créative et fine (« none of us is as smart as all of us »), des solutions innovantes (cross-fertilization). »

Hybridation, kezaco ?

Pourtant, la co-création ne se confond pas avec l’idée de chaîne de valeur hybride. Dans un processus co-créatif, on  va de la compréhension des attentes à la conception du projet. « Il y a là une posture de très grande ouverture (à toute compétence, idée) avec ne intention à l’origine, pas une solution pré-construite ». Dans une chaîne de valeur hybride, il y a différents degrés d’hybridations qui peuvent n’intervenir « qu’ »au stade de la distribution. « On n’est pas forcément dans l’amont », explique Olivia Verger-Lisicki.

Le hic, c’est que ce type de posture est encore rare : « ce qui manque aujourd’hui, c’est vraiment penser ensemble, avant de faire. Le problème, c’est que c’est long et fastidieux. Pourtant, la fameuse création de valeur partagée est à ce prix. » Comment ? En faisant appel au ‘Design Thinking’, qui propose un vivier de méthodologies pour avancer dans ce sens. Des exemples ?  Orange Labs (Afrique), Schneider (Inde), Danone/JITA (Bangladesh). Pour en savoir plus, cette synthèse vous sera utile !